top of page
  • Writer's pictureCamille Lopez

Télé Monaco Magazine - TMM

Updated: Nov 14, 2023

Retrouvez le parcours de Camille Lopez ainsi que l'histoire de HY-Plug, en passant par la création de la nouvelle entreprise à Monaco.


"La pluralité culturelle de la Principauté, sa dimension internationale et sa vision de l’entrepreneuriat m’ont toujours attirée", Camille Lopez.


Merci à Télé Monaco Magazine pour cet article qui nous reflètent bien !



"Fondatrice d’HY-Plug, un cabinet de consulting pour les projets innovants dans

l’industrie du yachting, la déterminée Camille Lopez a récemment remporté le prix du

gouvernement, dans le cadre du Concours de Création d’Entreprise (CCE) de la Jeune

Chambre Économique de Monaco.


Pourriez-vous nous dire quelques mots sur votre parcours professionnel ?


Originaire du Var, après avoir obtenu mon bac, j’ai poursuivi mes études en intégrant un DUT Techniques de commercialisation. Une formation durant laquelle j’ai efectué

plusieurs stages en entreprises, dans le secteur de l’automobile. J’ai débuté en concession, chez Volkswagen, avant de continuer chez Citroën et DS Automobiles.

Au-delà de toutes les facettes du métier de conseiller commercial, ces expériences m’ont permis d’aborder des notions d’événementiel, de marketing, etc. J’ai ensuite enchaîné avec un Master 1"International Trade & Logistics", au sein de KEDGE Business School, à Marseille. À la suite de cela, j’ai réalisé qu’il me manquait l’anglais. J’ai donc profté d’une année de césure pour m’installer à Londres. Cela m’a permis de revenir en France bilingue. La prochaine étape ? Devenir trilingue en parlant espagnol couramment ! Vous avez ensuite décidé de postuler à l’IUM, pourquoi ce choix ? Intégrer l’université de Monaco a toujours fait partie de mes ambitions. C’était l’un

de mes rêves. La pluralité culturelle de la Principauté, sa dimension internationale et

sa vision de l’entrepreneuriat m’ont toujours attirée. J’ai l’impression qu’ici, en matière de création et d’ambition professionnelle, tout devient possible. J’ai donc postulé pour un Master 2 à l’IUM et j’ai eu la chance d’être prise, en obtenant en plus une bourse au mérite.


Comment est née l’idée d’HY-Plug ?


Le point de départ s’est fait durant mes études à Monaco. J’ai décidé de participer au Mark Challenge, une compétition de business plan, organisée par l’IUM, et c’est là que l’idée de base d’HY-Plug est née. Le concept réunit l’ensemble de mes centres d’intérêt : les moteurs, les bateaux, les nouvelles technologies et des valeurs environnementales. Depuis que je suis toute petite, je sors en mer avec mon père,

j’aime la nature et depuis l’enfance, mes parents m’ont sensibilisé à l’importance d’agir de manière écoresponsable. Partant de tout ça, j’ai réalisé un premier business plan. L’idée était donc d’apporter un service de conseil, d’accompagnement autour de projets innovants dans l’univers portuaire, et plus largement l’industrie du yachting. Et j’ai eu l’honneur de remporter le "Sustainability Special Award" et le"Yachting

Special Award" de l’édition 2021. J’ai une âme de compétitrice, du coup, j’ai décidé de ne pas m’arrêter là. La même année, j’ai donc postulé au Monaco Ocean Protection Challenge (MOPC) du Musée océanographique, un concours récompensant le meilleur business plan présentant de nouveaux concepts et modèles économiques ayant un impact environnemental positif et mesurable sur l’océan. Je l’ai remporté en catégorie"étudiant".


Toutes ces récompenses ont-elles conforté votre volonté de lancer Hy-Plug ?


Exactement. J’étais persuadée que les ambitions de mon entreprise étaient fondées. J’ai donc créé la société en France, en mai 2021. Mais après ça, je n’ai pas commencé par démarcher des clients. J’ai voulu agir diféremment. Je me suis d’abord focalisée sur le marché, les fournisseurs et les technologies. Je voulais tout comprendre, maîtriser mon sujet à la perfection afn d’avoir des réponses concrètes à donner, le jour où j’allais débuter ma prospection. À cette période, j’ai participé à diférents yacht shows, conférences et autres rendez-vous axés sur les biocarburants, les énergies vertes, les nouvelles technologies... C’est ce qui fait notre force, nous sommes au fait de l’actualité de tous ces secteurs. Et nous devenons un lien entre eux. Et c’est fnalement fn janvier 2022 que j’ai commencé à prospecter, de manière très ciblée. Mon tout premier client a été la SMEG Monaco. Je dois dire que depuis le début, j’ai bénéfcié d’un incroyable soutien de la part des institutions monégasques et des acteurs de l’industrie du yachting.


Comment avez-vous découvert le Concours de Création d’Entreprise (CCE) ?


Comme je l’ai dit, j’ai l’esprit de compétition. Après avoir remporté les deux concours de business plan les plus réputés de Monaco, j’ai continué à me renseigner sur les diférentes compétitions auxquelles je pouvais postuler et j’ai découvert celle de la JCEM. À ce moment-là, mon projet était trop récent. Je me suis donc laissé le temps d’afner les choses et j’ai fnalement postulé pour cette 27e édition. Remporter ce concours était un petit rêve professionnel, alors j’ai tout donné pour le réaliser. Du dossier de présentation au passage devant le jury, j’ai voulu que tout soit parfait et documenté dans les moindres détails. J’ai donc réalisé des simulations adaptées à la Principauté, en efectuant une demande de coûts bancaires auprès d’une banque monégasque, en échangeant avec un expert-comptable de Monaco, ou encore en recalculant mes projections en prenant en compte les paramètres du pays comme la domiciliation, par exemple.


Et vous avez fnalement remporté le Prix du Gouvernement...


Oui, c’est assez incroyable. J’ai, depuis le départ, la volonté d’implanter HY-Plug à Monaco, mais la question était de savoir quand. Je ne voulais pas le faire sans avoir les fonds nécessaires. Ce prix et la dotation de 40 000 euros qui l’accompagne m’ont permis d’accélérer les choses. J’ai prévu d’utiliser cet argent pour fnancer mes diférents déplacements, investir dans une stratégie marketing et le développement d’une équipe, à terme.


HY-Plug France va-t-il perdurer ?


Oui, l’idée est de garder les deux entités, française et monégasque. HY-Plug France va agir sur l’aspect portuaire, tandis que HY-Plug Monaco sera dédié à l’industrie du yachting. J’ai également le projet de déléguer certaines activités, de développer une équipe, tout en gardant le contrôle sur les diférents développements afn de garantir

une cohérence et une ligne claire."





8 views0 comments

Comments


bottom of page